Amedee Elie SERVIN (1829-1884)

Amédée Élie Servin né le 5 septembre 1829 à Paris d’une famille originaire de Douai,  et mort le 7 mai 1884 à Villiers-sur-Morin.
Il entre aux Beaux-Arts de Paris le 7 avril 1848, dans l’atelier du peintre Michel Martin Drolling. Il a pour camarades des élèves de sa génération, comme Jean-Jacques Henner, Benjamin Ulmann, Paul Baudry. Il fréquente aussi l'atelier de François Édouard Picot.

Il fait ses débuts au Salon de 1850, présente un Intérieur de cour et réside au 18 rue de Bellefond  il y expose régulièrement. En 1855, il y expose trois peintures de paysages inspirées de la Normandie et l'année suivante, il s'inspire de paysages bretons. Il est en contact avec les premiers peintres qui fréquentent Barbizon, où il croise Théodore Rousseau et Jean-François Millet.

Vers 1857, il s'installe à Villiers-sur-Morin, devient l'ami de Jules Grenier (1844-1888), puis en 1860, il y fonde le Cercle artistique de Villiers, et persuade d'autres artistes et écrivains à venir dans ce village.Il commence à produire des paysages inspirés de ce village de Seine-et-Marne, où il demeure jusqu'à sa mort. Des créateurs le rejoignent comme Ernest Boetzel, qui traduit en gravure ses tableaux, ou Louis-Alexandre Bouché, puis ses anciens camarades comme Ulmann.

En 1872, il reçoit une médaille au Salon, un an après avoir perdu son épouse. La galerie parisienne qui le représente est Deforge-Carpentier. Son veuvage le rend triste, sa production diminue.

Son ami Alexandre Falguière sculpta son portrait en buste pour un monument érigé en son honneur à Villiers en 1887.
Servin était surnommé le « maître de la vallée du Morin ».

Références bibliographiques.

Pierre Satet, Amédée Servin (1829-1884). Le maître de la vallée du Morin et ses amis, collection « Les grands méconnus », Le Livre d'histoire, 1999,



Directeur de la Publication : Grégory Mazet : Conception, hébergement : Bixis
Droits de reproduction des oeuvres sous copyright